POLITIQUE/ SORO : GUILLAUME SORO EN VISITE À FERKÉ

Avant sa rencontre avec le président Henri Konan Bédié à Daoukro, prévue le samedi 23 février, prochain, Guillaume Soro effectue ce jeudi une visite sur la terre de ses ancêtres. C’est devant une foule en liesse sur des motos que le cortège de l’ancien président de l’Assemblée nationale a traversé la ville de Ferké.

Ce jeudi 21 février 2019, le président du comité politique du RACI (mouvement politique créé par Guillaume Soro), s’est rendu à Ferkessédougou, son village natal, pour un séjour qui va durer deux jours. Selon les rumeurs, il s’y serait rendu pour avoir la bénédiction de ses parents au sujet de sa candidature à l’élection présidentielle de 2020.

Il faut noter que cette visite à Ferké précède sa rencontre de ce samedi 23 février 2019 avec le président du PDCI. Le tête-à-tête de ce samedi portera sans doute sur la plateforme longtemps annoncé par le président Bédié en vue des échéances de 2020, contre le RHDP.

Lors d’une rencontre avec les ressortissants de Ferké à Abidjan, tenue le 16 février dernier à sa résidence de Marcory, Soro Guillaume avait indiqué qu’il ne pouvait entamer toute action politique futur sans l’accord préalable de ses parents. “Je ne peux annoncer ma candidature sans demander la permission de mes parents sinon si ça chauffe qui va me protéger”. Il se rend dans son village pour avoir la permission des siens. Ce retrait de Guillaume Soro à Ferké est donc stratégique.

Même s’il ne s’est pas encore exprimé officiellement depuis ce matin, le peuple de Ferké a accueilli son fils dans une ferveur, scandant, “Soro président”, tout le long du convoi. Les relations difficiles qu’il a avec le chef de l’État n’ont pas ternit en rien l’image de Guillaume Soro dans le cœur des habitants de la cité du Tchologo.

Certainement, il s’adressera à ses parents demain sur les sujets sensibles comme la présidentielle de 2020 ou encore sa relation avec le président Alassane Ouattara comme c’est l’habitude chez plusieurs Hommes politiques de faire des aveux dans leur fief.

Par Paterne Baï

Leave A Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *